March 27, 2023

Une unité de volontaires ukrainiens parcourt la région du Donbass pour retrouver les restes des soldats russes sur leur territoire. 

• À lire aussi: Ukraine: des bombardements russes font trois morts à Kherson

• À lire aussi: Moscou accuse l’armée ukrainienne d’avoir fait 14 morts en frappant un hôpital

Le «Globe & Mail» s’est entretenu avec le responsable de cette unité surnommée «les Tulipes Noires», Oleksiy Yukov, et son groupe de volontaires qui a déjà retrouvé 300 corps.

L’homme de 37 ans recueille des corps dans les champs de l’est de l’Ukraine depuis 2012. Il d’abord appris à le faire aux côtés de son père, qui travaillait pour une organisation non gouvernementale qui a récupéré les corps de soldats soviétiques et nazis morts ici pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les «Tulipes noires» tirent leur surnom du surnom donné à l’avion soviétique qui a ramené chez eux des soldats morts de l’Armée rouge de la guerre des années 1980 en Afghanistan.

«Une tache que nous devons enlever»

Retrouver les corps est un mal nécessaire selon les volontaires.

«Pour moi, c’est juste une tache que nous devons enlever de notre terre », a dit Vasily Zagorodnyuk, un homme de 55 ans, en regardant ses collègues photographier les preuves autour du corps 299.

Les risques de piler sur une mine ne freinent pas les membres de l’équipe.

«Bien sûr, c’est dangereux, mais il y a du danger partout en Ukraine», a expliqué Artur Semeyko, en passant devant un obus de char à moitié enfoui dans la boue.

Les dépouilles des soldats russes sont placées dans des sacs pour ensuite être conservées à une morgue spécialisée. Les Ukrainiens conservent toutes les informations recueillies lors de l’identification, en plus de prélever de l’ADN. Les données sont ensuite transmises à l’armée russe. L’objectif est de permettre un échange de dépouilles entre les deux pays, ce qui est arrivé fréquemment dans les 11 derniers mois, selon le «Globe & Mail».

«Nous aidons ainsi à ramener nos gars – qui ont défendu leur pays- à leurs familles, leurs mères, leurs pères, leurs filles et leurs fils », a expliqué Andriy Semeyko, un jeune de 21 ans qui a rejoint«les Tulipes noires» le mois dernier.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: